« Ce centre de soins est un atout médical et culturel pour les Ashaninkas »

Retour d’expérience

Jeune professionnelle de 25 ans dans le secteur du tourisme, Marie est partie l’été dernier sur le projet Solidaile du centre de soins ashaninka. Elle nous raconte ce qu’elle a fait sur place, comment le projet a évolué, et en quoi cette expérience l’a marquée.

« Pendant 3 mois je suis partie comme volontaire au Pérou dans la région Pérene. Ma mission était d’aider au développement d’un centre de santé dédié aux Ashaninkas (peuple indigène péruvien). La construction étant pratiquement terminée, je suis partie avec deux Ashaninkas (Andres et Miguel) dans différentes communautés pour parler de la « aldea de salud » (le centre de soins). Notre objectif était double : à la fois convaincre la population de l’intérêt de ce centre et trouver un maximum de tradi-praticiens (chamanes) pouvant y exercer. Au final, nous en avons trouvé plus d’une vingtaine prêts à s’engager, preuve de la pertinence de ce centre.

Aujourd’hui le centre est ouvert et accueille déjà un petit nombre d’Ashaninkas, mais pas encore suffisamment. Il faut donc continuer à parler de ce centre aux différentes communautés, qui pour certaines sont assez éloignées. Mais il suffit de peu pour qu’ils comprennent que ce centre est un atout et une véritable opportunité pour eux. Non seulement il permet de leur donner un accès à la santé plus facilement et à moindre coût, mais aussi de perpétuer et garder toutes leurs connaissances et savoirs sur les plantes, qui est très grand et se transmet depuis des générations.

Au niveau personnel, ces 3 mois dans les communautés ashaninkas ont été une expérience très enrichissante, au contact d’une manière de vivre et de penser totalement différente, à la découverte de coutumes et de traditions, à la rencontre de nouvelles personnes. Et même s’il n’est pas toujours été rose, ce voyage m’a ouvert l’esprit et de nouveaux horizons. »

(article issu de la newsletter n°7 – novembre 2014 – pour vous abonner, écrivez-nous à info@solidaile.org)

Les commentaires sont fermés.