Cop 21 : bienvenu aux ashaninkas du Pérou !

A l’occasion de la COP21 qui se tient du 29 novembre au 12 décembre 2015, Solidaile accueille quatre membres d’une communauté native d’Amazonie (Pérou) à Paris. S’ils viennent pour participer aux discussions sur l’avenir de la planète et du climat, c’est pour nous et pour vous une occasion unique de les rencontrer, d’échanger, et de se mettre à l’écoute de ceux qui ont rarement la parole alors qu’ils ont beaucoup de choses à nous apprendre sur la préservation de l’environnement.

Qui sont-ils ? Présentations !

Hector Martin Manche est originaire de la communauté native de Pampa Michi, dans la forêt centrale, il est titulaire d’un master en élevage. Après avoir travaillé dans différentes régions du Pérou, il retourne dans la forêt centrale et y est élu président de la CECONSEC, responsabilité qu’il exerce encore aujourd’hui de manière bénévole. Il est actif dans la défense des droits des populations natives : propriété de leurs terres, qualité de leur environnement, accès à l’éducation, etc.

Ana Espejo Lopez n’est pas ashaninka. Originaire de Huancayo, ville importante du Pérou, elle est titulaire d’un master en gérance sociale, ce qui lui a permis de travailler pour plusieurs ONG péruviennes. Elle est aujourd’hui coordinatrice au sein de l’ONG SEPAR, du programme de Gestion environnementale et action climatique, basé en forêt centrale. Très impliquée auprès des ashaninkas de la CECONSEC, elle a travaillé pour différents projets au sein de ces communautés.

Miguel et Henry Samaniego Arroyo sont deux frères issus d’une famille de 10 enfants, ayant une très bonne connaissance des savoirs ashaninkas. Miguel, 33 ans, a d’abord étudié l’éducation, avant de s’intéresser au développement économique de sa communauté. Il a porté plusieurs projets : tourisme chez l’habitant, culture du café, centre de soins traditionnels… et travaille aujourd’hui à Alto Puruz où il a sa parcelle de café en agroforesterie, ses ruches et enseigne à l’école primaire.

Henry (dit Nacho) a 26 ans. A l’âge de 16 ans, il quitte San Miguel, sa communauté d’origine en pleine urbanisation, pour la communauté d’Alto Puruz riche de 6000 hectares de forêt. Il s’implique dans la communauté qui fait alors face à des conditions de vie difficiles, pour les aider à défendre leurs droits devant les administrations péruviennes. Nacho souhaite étudier, pour s’engager davantage en faveur de la protection de la forêt péruvienne et de ses cultures indigènes.

Pour ne rien rater de leur programme en France, restez informé grâce au site internet ou à notre page Facebook !

Les commentaires sont fermés.